Affaire créanciers de Touré Ahmed Bouah : pris dans son propre piège Ajavon Koffi annonce une trêve

Dans un communiqué qu’il a produit le 08 mai 2024, le porte-parole du Collectif des véritables créanciers de Touré Ahmed Bouah (CVC-TAB), M. Koffi Ajavon a annoncé une trêve générale dans toutes leurs actions contre le PDG de la société SOPHIA SA. Dans son courrier, Ajavon Koffi a évoqué des négociations en cours qu’aurait sollicitées M. Touré Ahmed Bouah. Et pourtant la réalité est tout autre. M. Ajavon Koffi se retrouve dans un engrenage qu’il ne maîtrise plus et qui fait de lui un recherché de la police criminelle.

C’est l’histoire d’un bourreau qui veut se faire passer pour la victime et qui malheureusement s’est fait rattraper par la réalité des faits. C’est le cas de M. Ajavon qui, depuis quelques temps est monté sur ses grands chevaux pour rentre en guerre contre M. Touré Ahmed Bouah, PDG de la société SOPHIA SA. Aujourd’hui, l’homme, rattrapé par un passé lugubre, semble descendre de son piédestal pour adopter une posture. Les raisons de ce revirement !  Condamné le 25 mars 2022 pour escroquerie portant sur la somme de cent soixante-dix millions (170 000 000) au dépend de M. Touré Ahmed Bouah, relativement à la cession d’une parcelle de contenance de 386 402 mètres carrés, alors qu’il a hérité de son défunt père d’une parcelle de 8ha 10a 19ca, M. Ajavon Koffi a fait appel de la décision de condamnation de dix (10) ans à travers le dossier N°REF : 0102 PG-AP du 16-11-2023.

La logique voudrait que M. Ajavon Koffi attende sagement la suite que la justice, en qui il fait confiance donnera à cette requête. Soit elle annule la décision de sa condamnation ou qu’elle le déboute. Mais que non, depuis quelques temps le fils de M. Ajavon Aman Samuel est rentré dans une guerre contre M. Touré Ahmed Bouah. Pour donner une espèce de crédibilité à sa guerre contre le PDC de la société SOPHIA SA, M. Ajavon Koffi a mis en place, depuis le 16 mars 2024 un collectif des véritables créanciers de Touré Ahmed Bouah (CVC-TAB), dont il s’est autoproclamé porte-parole. Et depuis l’homme s’est appuyé sur les services d’un média de la place pour rentrer dans une campagne de dénigrement. A travers des publications, M. Ajavon Koffi tient des propos et a des agissements qui sont de nature à porter atteinte à l’honorabilité de M. Touré Ahmed Bouah. Aussi, le porte-parole du CVC-TAB ne s’est-il pas arrêté à la campagne médiatique de dénigrement. Dans un courrier en date du 2 Avril 2024, M. Ajavon Koffi et certains de ses amis ont saisi Madame le procureur du pôle économique et financier d’Abidjan avec pour objet : plainte contre M. Touré Ahmed Bouah pour Abus de confiance, arnaque et immatriculation frauduleuse d’un véhicule.

Le dossier enregistré le 3 avril 2024 sous le numéro 913 par le pôle économique et financier d’Abidjan a été transmis à la Direction de la police criminelle. Convoqué à plusieurs reprises par la police criminelle pour être entendu et faire sa déposition dans le cadre de cette affaire, M. Ajavon Koffi, porte-parole du CVC-TAB qui, de surcroit est sous le coup d’un mandat d’arrêt lancé par la justice, ne s’est jamais présenté devant l’officier en charge du dossier à la direction de la police criminelle. « A chaque fois qu’on le convoque, M. Ajavon Koffi nous rétorque qu’il viendra avec son avocat. Mais depuis le mois d’avril jusqu’à ce jour lui et son avocat ne se sont jamais présentés dans nos locaux », a-t-on appris lors de nos investigations auprès de la Direction de la police criminelle. Dans le foulée, M. Touré Ahmed Bouah, ne pouvant plus supporter cette campagne de dénigrement et de diffamation à l’encontre de sa personne, a décidé d’agir pour se faire justice et laver son image vis-à-vis de l’opinion publique. Ainsi, le PDG de la société SOPHIA SA a porté plainte auprès du procureur de la république.

- Advertisement -

Le dossier enregistré sous le numéro Ref 2867/ST/TPI-AP/PR a été transmis au directeur de la police criminelle sur instruction du procureur de la république pour une enquête complète sur les faits dénoncés. Selon le « soit transmis » en date du 17 avril 2024, le procureur de la république attend le retour de cette enquête à la date du 30 mai 2024. Du coup la direction de la police criminelle est à la recherche de M. Ajavon Koffi pour complément d’enquête dans l’affaire Touré Ahmed Bouah. Mais le porte-parole du CVC-TAB est devenu un « wanted » dans son propre pays. On comprend désormais les dessous de la trêve générale dans toutes leurs actions contre le PDG de la société SOPHIA SA annoncée par Ajavon Koffi et ses amis. Et la conclusion de la déclaration en dit long. « Nous pardonnons tous ces mauvais Conseillers autour de TOURE Ahmed Bouah se disant Conseillers en Communication et qui ont mis l’huile sur feu au lieu de chercher à éteindre ce feu entre TOURE Ahmed Bouah et nous ses créanciers. Pourtant TOURE Ahmed Bouah est un Homme de nature conciliateur, ouvert d’esprit, loin des va-t’en guerre ». Un aveu qui ne dit pas son nom.

La question est désormais de savoir pourquoi, sachant M. Touré Ahmed Bouah est un homme de nature conciliateur, M. Ajavon Koffi s’est-il lancé dans une campagne de dénigrement et de diffamation à travers la presse en lieu d’engager un dialogue ? A quoi répondait cette campagne de presse allant jusqu’à rentrer dans la vie privée du PDG de SOPHIA SA ? Ne serait-ce pas un chantage que M. Ajavon Koffi voulait faire pour soutirer des sous à M. Touré Ahmed Bouah ? Toute entreprise, dans son fonctionnement, peut avoir des dettes envers certains fournisseurs et autres prestataires. Pour avoir côtoyé M. Touré Ahmed Bouah et aussi trainé sa bosse dans les locaux de SOPHIA SA, M. Ajavon Koffi a été aux faits de certaines réalités de la société et son PDG. Ce sont donc ces informations que le porte-parole du CVC-TAB voulait utiliser pour faire chanter le PDG de SOPHIA SA.

Et la mise en place du Collectif des véritables créanciers de Touré Ahmed Bouah (CVC-TAB) est un pan du plan de M. Ajavon Koffi. Malheureusement, sa supercherie ayant été découverte, son piège s’est retourné contre lui et l’homme voyant le danger à l’horizon se sent aujourd’hui obligé de revoir sa copie. D’où la trêve annoncée dans le cadre de ses actions contre M. Touré Ahmed Bouah. Mais là où les choses se compliquent pour le porte-parole du CVC-TAB, c’est que le PDG de SOPHIA SA veut aller jusqu’au bout de cette plainte mettre fin aux agissements de M. Ajavon Koffi et redorer son image qui a été ternie. Les jours à venir nous situeront pour la suite de cette affaire.

Eugène YOBOUET

 

Visites sur la publication: 389
Nbre de visites aujourdhui 2
Total des visites: 439085
Partagez

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.