1er sommet de l’AES à Niamey (Niger)-Les chefs d’état posent les bases de la création d’une Confédération

C’est consommé. Le Mali, le Burkina Faso et le Niger ont coupé igname avec la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cette résolution intervient au moment où des voix s’élèvent au sein de l’espace CEDEAO pour demander aux pays de l’alliance du sahel de réviser leur position. Le 1er sommet de l’AES, le samedi 6 juillet 2024 à Niamey, au Niger, constitue un événement historique. Il émane de la volonté du général de Brigade, Abdourahamane Tiani, chef de l’état du Niger, Colonel Assimi Goïta, chef de l’état du Mali et du capitaire Ibrahim Traoré, chef de l’état du Burkina Faso, de tourner le dos à la CEDEAO. Une communauté créé en 1975. C’est pourquoi, à l’ouverture du sommet, le chef de l’état du Burkina Faso a dénoncé le comportement des occidentaux avec la complicité de certains chefs d’état du continent.

“Nous avons décidé de nous assumé”

Le capitaine Ibrahim Traoré a qualifié d’esclave de salon les Africains sans dignité moral, prêts à trahir pour satisfaire le maître, à aider le maître à piller les ressources de l’Afrique. “Cette époque est révolue”, averti le capitaine. Il a rappelé que les Africains se sont réveillés. “Nous sommes prêts à nous battre pour notre liberté, pour l’indépendance réelle. (…). Nous avons décidé de nous assumé. Les esclaves de salon et leurs maîtres ont décidé de nous mener la vie dure, de nous attaquer. Quiconque attaque un pays membre de l’AES , nous nous battrons”, a mis en garde le capitaine Traoré.

“Des terroristes ont déposé les armes”

- Advertisement -

Les propos du président du Burkina ont été réitérés par les autres chefs d’état. “Des terroristes ont déposé les armes. Ce, grâce à la coalition de nos armées”, a souligné le colonel Assimi Goïta. Quant au général de brigade, Abdourahamane Tiani, il a souligné que ce 1er sommet est un événement historique qui vise à consolider les liens entre les états de l’AES et la réconquête de la souveraineté. “Face aux attaques de la CEDEAO, la mise en place d’une armée à mutualiser nos forces, à dissuader la CEDEAO qui voulait attaquer le Niger. Le front est une force contre tout projet d’attaque”, a mis en garde le chef de l’état du Niger, le général de brigade, Abdourahamane Tiani.

Le Niger confirme la rupture avec la CEDEAO

Abdourahamane Tiani a rétiré le Niger de la CEDEAO. Il réjoint ainsi le Mali et le Burkina Faso qui avaient annoncé plus tôt la rupture avec la communauté ouest Africaine. Le chef de l’état du Niger a affirmé oeuvrer pour la construction de la confédération des états du sahel.
Pour rappelle, près de 72 millions de personnes vivent dans l’espace AES. Une alliance créer en septembre 2023 à la suite des menaces d’attaque contre le Niger par la CEDEAO.

La confédération de l’AES est née

La cérémonie de clôture de ce 1er sommet de l’AES a été marquée par la signature de plusieurs rélutions ou accords entre autres, la création d’une banque d’investissement de l’AES, la mutualisation des moyens dans plusieurs domaines, la confirmation de la rupture avec la CEDEAO, l’utilisation de langues nationales sur les médias publics et privés, la création de la confédération de l’Alliance des états du Sahel.
La rencontre des trois chefs d’état, parvenus au pouvoir par des coups d’état militaires, a suscité une très forte mobilisation dans la capitale du Niger.
L.S

Visites sur la publication: 94
Nbre de visites aujourdhui 5
Total des visites: 438581
Partagez

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.