Lp225.net-dimanche-05-09-2021-Interview avec Docteur N’guessan dit Dr LOUIS-JERED:/Arthrose, de lombarthrose: « A 75%, on peut avoir la guérison de la posture vertébrale»

obinstan@yahoo.fr Fone :0556593189

Lepays225.net :Docteur la lombarthrose, qu’est-ce que s’est ?

On dit communément arthrose, lombo-arthrose (…), ce sont des termes qu’on donne à des  déplacements des vertèbres dans le corps. Suite à un traumatisme, on peut développer  des déplacements des vertèbres concernant  son statique.  En fonction  de la limite où elle se trouve, on attribue le nom.  Si c’est l’étage 1 à 2, on attribue le nom de lombo-arthrose débutante. Au fur à mesure qu’elle évolue, elle devient  chronique. Ce sont des termes médicaux qu’on donne à certains  déplacements des étages au niveau des vertèbres.

Quel est donc le nom exact ?

(Il présente une carte sur laquelle figure  des personnes aux différentes postures). Il n’y a pas de nom exact. Tous ces  noms correspondent à des pathologies rénales ou de la colonne vertébrale. Le professeur Clément  Barré, a développé en 1986 aux  USA, une particularité portant sur les douleurs qui concernent les deux reins et la posture vertébrale. Il dit que cette douleur a valeur d’une investigation.  C’est ce qu’on appelle l’investigation posturologique. L’investigation  posturologique concerne l’attitude,  la position de l’homme par rapport au sol, ses déplacements. C’est la science qui étudie la  manière dont l’homme se tient débout. L’homme se tient debout   sur plusieurs formes. Il nous arrive de choisir une position débout  pour être plus à l’aise. Parfois c’est  quand on s’appuie sur un pied ou sur les deux  pieds qu’on se sent mieux. Les positions différentes selon le comportement.

Peut-on dire de quelqu’un qui a eu  un choc à la colonne vertébrale  qu’il est atteint de l’investigation posturologique ?

Quand il y a un antécédent chirurgical, médicamenteux, un antécédent traumatique (une chute), l’affection que cela engendre au niveau des reins, au niveau  statique, on l’appellera arthrose en fonction de l’amplitude : lombo-arthrose, spondylarthrose. Quelqu’un qui n’a pas d’antécédent traumatisme  mais qui développe  une douleur  au niveau  des lombes, de son statique, de la colonne vertébrale. Cette douleur ne cède généralement pas, même après les anti-inflammatoires et antalgique.

C’est là qu’on procède a l’investigation de la posture vertébrale, une enquête qui nous permettra de localisée le site de la douleur, de part  ton attitude par rapport à ta position sol- corps

Doit-on assimiler ce mal aux maux de reins ?

On peut assimiler cela à des maux de reins. Selon une enquête faite par  le  professeur LEBANTIE lors d’une thèse de spécialisation affirmait qu’il y a  des muscles  posturaux  qui interviennent  sur la statique de l’homme.  Ces muscles ont un équilibre  qu’ils doivent atteindre. L’homme qui s’arrête ou qui marche, en fonction de sa position au sol développera à la longue un schéma cartésien qu’il sera obligé de suivre sinon des déplacements ou des entrées d’air, de déchets  seront accumulés au niveau  des statiques ou au niveau  des vertèbres. C’est alors que la douleur apparait et s’intensifie.

Comment guérir  de cette maladie ?

Pour être libéré de la posturologie ou la maladie la posture vertébrale, il faut de temps en temps avoir de bonnes  manières  de s’arrêter, de bonnes manières  de s’asseoir. Avoir également  un temps de repos pour l’organisme qui sera constant, marcher sur des semelles adaptées. Les reins supportent  un poids. Quand pendant cinq heures voire plus, on est débout ou assis sans changement de position, cela cause  un dédommagement  au niveau de la posture .Une attitude alors s’installe. Ce dédommagement  est lié  à l’attitude  que l’homme a développée. C’est ce qu’on appelle la posturologie : la science de l’attitude. En Côte d’Ivoire, il n’y a pas de posturologue, ni de Podologue.  On en trouve  dans les pays développés notamment en France. Selon le Dr Sylvie PÉRET, podologue et posturologue à l’hôpital de NANTS à Paris, cette pathologie réelle est méconnue. On dit souvent, j’ai maux de reins  récurrents et on a recours à des  antibiotiques, des calmants, un peu d’ingéniât.  La maladie n’est pas traité, la douleur s’attenue pour un temps et revient violemment. Il faut  alors faire  la radio, des examens de sang pour détecter la maladie

Cela est tout de même inquiétant. Que-est-ce  que cela peut engendrer   en cas de non traitement ?

La douleur  limite les mouvements.  L’homme sent la douleur  dans sa vie quotidienne. Dès que vous  ressentez  le mal, il faut consulter  un  praticien qui vous dira qu’elle atteinte vous développer Si le patient suit   les conseils  du praticien, il sera guéri. Cette science qui s’occupe  de la manière dont  l’homme se tient  débout  dans l’espace est une science exacte. Dans les pays  développés, on rencontre les posturologues.

- Advertisement -

Au delà des conseils dont vous faites allusion, y a-t-il  un traitement   médical qu’il faut pour  guérir de ce mal ?

Lorsque  l’investigation est faite et que le praticien   découvre  une anomalie au niveau   de la posture vertébrale, il y a des solutions. A 75%, on peut avoir la guérison. Lorsqu’il y a un déplacement, il y a de l’air qui s’installe. Cet air imbibé vous donne la douleur. A chaque mouvement, la douleur, l’écartement s’agrandit. L’écart devient  grand lorsque l’air  que les vertèbres conçoivent  devient plus grand. Il faut  alors voir un posturologue qui fera  une ponction, soit une infusion après  avoir  prescrit des médicaments pour consolider l’acte à chaque point de l’installation des vertèbres. A la suite de cela, le praticien  vous donnera  des anti-inflammatoires et des antibiotiques  que vous utiliserez sur un long temps. Lorsque le traitement n’est pas consolidé, il peut y avoir  des récidives. Avec les ponctions, l’air installé entre les vertèbres  est extrait. Ce qui vous permet de vivre longtemps sans que vous ne développiez la maladie. Il n’ya plus de douleur. 15% seulement des patients  traités rechutent. L’infusion est la méthode  qui guérit et, cela c’est le travail des posturologues.

Docteur, cette pratique d’infusion ou de ponction ne comporte-t-elle  pas de risque ?

Le praticien est un médecin.  Il connait l’anatomie de l’homme. C’est à lui de  savoir où extraire. La durée de l’infusion  dépend de l’ampleur  de la maladie. Lorsque  quelqu’un a des douleurs lombaires ou une arthrose d’une durée de deux ans, c’est à dire qu’il traite le mal depuis au moins deux ans voire plus, l’infusion  peut  mettre environ 30 minutes si les nombreux médicaments pris n’ont pas détruit la sphère naturelle des vertèbres posturaux et les muscles posturaux. Un bilan postural  doit être fait avant le traitement. Mais quand  c’est une maladie débutante, l’acte met moins de temps et c’est plus aisé.

C’est un traitement coûteux ?

La santé n’a pas de prix. Le traitement n’est pas coûteux.

Le  non traitement de l’investigation posturologique a-t-elle  des inconvénients  sur la fécondité ou certaines parties du corps humains ? 

Les reins sont purificateurs du corps, du sang. Lorsque  vous avez  une pathologie  qui est liée aux reins, cela peut avoir  des conséquences sur le rapport de vie, sur la fécondité, sur la fertilité. Lorsque  la pathologie  existe depuis longtemps, les reins se retrouvent  avec des blessures, des plaies.  Tout ceux qui s’arrêtent ou qui s’asseyent longtemps  doivent faire un bilan postural chaque année  afin de voir  s’ils ne sont pas atteint ou pour voir s’il n’y a pas un désordre  au niveau  asymétrique. Il y a une charge  que les muscles  développent. Si le bilan  est bien, on vous conseillera une alimentation, un traitement diététique.

L’arthrose ou la lombo-arthrose  est-elle liée à l’âge ?

Un enfant de 15 ans qui a un poids  de 70 kilogrammes ne respecte pas la norme pondérale. Quand  il s’arrête, le poids reçu par les reins n’est pas celui qu’ils devaient recevoir. L’individu accumule un résidu  postural. Au fil des années, la  maladie  s’installe. On parle de façon  ignorante de maux de reins. Ce ne sont pas des maux de reins. C’est une asymétrie développée au niveau des muscles posturaux. C’est ce qu’il faut combattre. Chaque année, chacun doit faire  son bilan postural  et en fonction du mal qu’il ressent, consulter un praticien qui lui prescrira les médicaments ou les molécules en fonction de son mal.

Voulez-vous dire que sans l’infusion, il est pratiquement impossible de guérir de ce mal ?

Les médicaments  ne suffissent pas. Ils ne guérissent pas la posture. Quand il ya  une maladie sur l’attitude, il faut d’abord  corriger l’attitude. Quelqu’un qui a une posturologie et qui  n’arrive pas à se rasseoir. S’il se force à le faire, il ressent  la  douleur. S’il  se force, il développera  l’écart  entre les vertèbres et  amènera les vertèbres en question à être plus écartés. Pis, la condensation  de l’air  sera plus énorme. C’est pourquoi il faut d’abord faire un bilan  postural. L’infusion permettra d’extraire la quantité d’air. Lorsque cela est fait, le praticien  vous mettra alors  sur des  anti -inflammatoires et des antibiotiques. C’est donc une pratique  qui  donne de bons résultats. Je dis  à tous ceux qui s’arrêtent  beaucoup ou qui s’asseyent  durant des heures, en un mot qui prennent position  sur le sol, qu’il y a une science qui étudie  la manière  dont on se tient debout sur le sol.  La posturologie est  une maladie   comme  la tuberculose, l’insuffisance rénale. Elle a des signes  cliniques, systématiques, des indications thérapeutiques. Ce n’est donc pas une maladie assignée  à des maux de reins mais une maladie  que l’on développe  face au comportement   vis-à-vis du sol.

Réalisée par San Aubin

Visites sur la publication: 647
Nbre de visites aujourdhui 3
Total des visites: 328679
Partagez

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.